Newsletter

Torres Garcia

Enric JARDI
€22,50

Year: 1979
Place: Paris
Publisher: Cercle d'Art
Edition: 1st
Language: FR
Pages: 292
Condition: VG
Cover condition: G
Binding: HC
Illustrated. 

- In 1930 stichtte Torres Garcia met de Belgische tekenaar, dichter en kunstcriticus Michel Seuphor en Pierre Daura de kunstenaarsgroep Cercle et Carré.

- Flap: 
L'histoire de l'Art, dit Torres Garcia, demontre
que tous les peuples passent de la simple
imitation à l'abstraction. Une telle évolution,
loin d'être fortuite, obéit à la tendance de
l'humanité à aller dans le même sens que
l'univers qui s'achemine constamment vers
l'unité. Du particulier on passe au général, du
divers à l'un. Découvrir la structure des
choses que nous percevons revient en fin de
compte, à reconnaître en elles le principe de
l'unité. Cette cosmovision permet à l'artiste
de proposer une ordonnance du réel, propre
aux formes imitatives de l'art, mais aussi de se
livrer à une activité mentale d'un niveau plus
élevé: l'organisation esthétique en vertu de
laquelle l'artiste se transforme lui-même en
créateur, en transposant la nature dans une
expression plastique, en faisant entrer la
variété dans l'unité.
Le rôle du créateur plastique consiste donc à
découvrir la vivante harmonie de l'unité
contenue dans toutes les choses offertes à son
regard; il lui faut pour cela analyser les
rapports qui existent entre les parties composant
l'unité.
... Il s'agissait là d'un art ayant un important
contenu intellectuel, dans la mesure où il
proposait une vision unitaire du monde grâce
à une structure rigide et un schématisme des
formes et des couleurs, sans tomber dans
l'abstraction totale. Aussi les oeuvres de notre
peintre sont-elles chargées d'allusions à la
réalité; à partir d'un certain moment de cette
période universaliste, Torres Garcia introduit,
dans les espaces géométriques de ses
compositions des représentations d'objets
courants - pendule, marteau, ancre - ou
d'êtres vivants - poisson, homme etc ... Ainsi
à aucun moment le spectateur de cette sorte
de rébus n'a l'impression d'être coupé de la
réalité perceptible.
... Le trait commun à toutes les périodes de
T orres Garcia est la prédominance de la
forme sur la couleur, de la structure sur les
éléments extérieurs.
Joaquin Tor-res Garcia nait à Montevidéo le 28
juillet 1874. Son père était catalan et sa mère
uruguayenne de naissance. Il vient en Europe à
l'âge de 17 ans et vit à Barcelone. Dès 1897
publie de nombreux dessins et affiches. Il
admire le peintre français Steinlein et est
fortement marqué par l'oeuvre de Puvis de
Chavannes. Commence ses oeuvres décoratives
en 1908. En 1912 voyage en Italie pour étudier
les fresques. Décore le palais de la Généralité
de Barcelone. En 1926 s'installe à Paris pour 6
ans. En 1932 il arrive à Madrid. En 1934 part
pour Montevfdéo où il mourut le 8 août 1948.

- Table:
Préface
Origines. Premières années. Éducation
Retour aux sources. Apprentissage. Tâtonnements
Premières peintures murales. Déceptions. Voyage en
Belgique
La découverte de la Méditerranée. Sérénité.
Le "Noucentisme"
Les peintures murales du Salôn de San Jorge. Illusions.
Contrariétés
Le calme souhaité. L'impossible tranquillité
La crise de 1917. Dynamisme urbain
Découragement. Art pauvre. Non-conformisme
Amérique, dynamique et amère
Retour à la Méditerranée. Espoirs déçus. Dernier épisode
des fresques de Barcelone
Séjour à Paris. Activité fébrile. L'abstraction
Période madrilène. Vains efforts. Moment de transition
Dernières années en Uruguay. Fécond magistère.
Américanisme
La vie et l'oeuvre: leur signification
Table des illustrations
Expositions posthumes
Œuvres de Torres Garcia
Bibliographie sommaire
Index.